Sélectionner une page

Carole Serny lauréate du Prix de la Jeune Création Métiers d’Art 2020

Dénicheur de talents depuis 1960, le Prix de la Jeune Création Métiers d’Art (PJCMA) organisé par Ateliers d’Art de France révèle chaque année une nouvelle génération de créateurs, sélectionnés sur des critères de qualité artistique et de maîtrise pointue d’un savoir-faire. Pour la 60ème année consécutive, le PJCMA dévoile ses 4 nouveaux lauréats. Une occasion de rappeler l’importance de ce concours dans le développement économique des lauréats mais aussi de mettre en avant le rôle de la jeunesse dans la relève des métiers d’art.

Cette année quatre lauréats ont été retenus par le jury* pour leur démarche artistique respectueuse de la matière et des savoir-faire traditionnels revisités de manière originale et contemporaine.

  • Carole Serny, orfèvre ciseleuse, sélectionnée pour le Salon International du Patrimoine Culturel du 28 au 31 octobre 2021 
  • Juliette Vivien, céramiste, sélectionnée pour le Salon MAISON&OBJET* du 26 au 30 mars 2021
  • Louis Biron, sculpteur / artisan-designer du vivant, sélectionné pour Révélations du 10 au 13 juin 2021
  • Anne-Charlotte Saliba, créatrice papier, sélectionnée pour Révélations du 10 au 13 juin 2021

CAROLE SERNY EST ORFÈVRE-CISELEUSE, EST PRESENTEE DANS LE CADRE DU SALON INTERNATIONAL DU PATRIMOINE CULTUREL

S’il fallait un porte-parole à son travail, Carole Serny choisirait « LPN04 », son projet de diplôme de fin d’études. Sous sa fourrure ciselée, ce demi-lapin en fonte de bronze exprime clairement sa vision contemporaine et artistique de la ciselure. Toujours à portée de main sur son établi, il figure aussi sur son poinçon de maître. « J’ai découvert la ciselure lors d’une journée Portes Ouvertes à l’Ecole Boulle. J’avais tout aimé : l’odeur, l’atmosphère, les pièces en vitrine, explique Carole Serny qui y a ensuite suivi une formation en décor et objets, spécialité ciselure. La ciselure est une technique d’ornementation du métal traditionnellement appliquée aux parties en bronze dans l’ameublement. Mais une fois mon DMA en poche, je n’ai pas trouvé de terrain d’application et je ne voulais pas travailler dans un atelier de restauration ».

 

Après une dizaine d’années passées dans l’univers du design et du mobilier contemporain, elle a décidé en 2018 d’assumer son goût pour la création et de tirer parti de son parcours : une formation classique associée à une expérience dans les savoir-faire industriels. Avec, en guise de collection-témoin, « Hommage », une gamme d’articles de papeterie qui célèbrent les motifs chers aux métiers d’art comme le cannage ou la marqueterie de paille. Dans chaque pièce, presse papier ou pot à crayons, les différents éléments en laiton ont été découpés, ajustés à la lime et brasés à l’argent. Avec « Nuages », elle a produit une gamme d’accessoires élégants, boutons de tiroir, poignées de porte, plaques décoratives…, destinés à agrémenter des meubles. Les décors inspirés par la nature, l’art ou la mode sont dessinés à la main puis sur ordinateur et reportés sur la pièce à l’aide de ciselets et d’un marteau. « Avec la ciselure, on n’enlève pas la matière, on la marque. Pas de retour en arrière possible, pas de repentir ! ».

Qu’ils soient destinés à l’art de la table, à la décoration ou à l’architecture d’intérieur, les objets-bijoux de Carole Serny témoignent tous de la dualité à l’œuvre « entre une technique surannée d’ornementation et un langage formel résolument minimaliste. Une façon de réconcilier la ciselure avec la création ». Décrocher le Prix de la Jeune Création Métiers d’Art lui a permis de « valider [son] retour au travail de la matière et de mettre des mots surs [sa]démarche. C’est gratifiant lorsque l’on est dans une phase de mise en place ». Depuis un an, Carole Serny a investi à Vic-la-Gardiole, près de Montpellier, un atelier collaboratif auprès de bijoutiers et de fondeurs d’art. Elle est aujourd’hui déterminée à développer des projets sur mesure avec des prescripteurs, croisés peut-être sur la prochaine édition du Salon International du Patrimoine Culturel. « C’est un salon qui convient à mon double profil : du patrimoine, de la transmission, du savoir-faire, et la latitude d’y présenter des pièces qui chahutent un peu ».

* Les membres du Jury 2020

Pour cette édition, six experts du monde de la culture et des métiers d’art composent le jury :

  • Aude Tahon, Présidente d’Ateliers d’Art de France
  • Véronique Achard, Membre du Conseil d’Administration d’Ateliers d’Art de France
  • Stéphanie Duplaix, Directrice du marché Paul Bert-Serpette
  • Guy Boyer, Directeur de la rédaction de Connaissance des Arts
  • Maxime Colnot, Décorateur d’intérieur Pravda Arkitect – Laura Gonzalez
  • Hélène Morbu, Lauréate du Prix de la Jeune Création Métiers d’Art 2016